Story Telling…

Eagle1_Web_DPW

Faire une image a ceci de merveilleux qu’il faut à la fois maitriser toute une déclinaison de paramètres techniques, liés au process photographique, afin d’inscrire l’image entre les limites de ce qui est recevable par la chaine digitale, en aval, et y déposer une importante quantité d’interprétation subjective.

Ce dernier composant, totalement intangible, est ô combien important, puisque c’est cet ingrédient qui fera basculer votre image du statut de document à celui de Photographie.

Idéalement, chaque image doit raconter une histoire… En infusant votre humeur du moment, votre ressenti, vos émotions dans la façon dont vous allez composer votre image, dans ce que vous choisirez de mettre, pièce par pièce dans le viseur, vous allez « construire », « fabriquer » une image qui vous appartiendra en propre. La musique que vous écoutez, la température extérieure, votre niveau de stress, votre santé du moment, tout sera de nature à impacter, consciemment ou non, l’histoire que vous racontez.

Les mots que vous allez choisir seront à sélectionner parmi les choix de composition, le choix de l’exposition et, à la post-production, le traitement que vous allez faire de votre image RAW. En faisant le choix de ce type de format, vous aurez l’assurance d’avoir dans vos données, brutes de capteur, toutes les tonalités que votre oeil a perçu lors de la prise de vue.

Le débat sur le périmètre de la retouche n’a pas lieu d’être dès lors que vous restez fidèle à votre perception initiale, fidèle à l’histoire que vous vouliez raconter… Considérez la retouche comme un « exhausteur de goût », mais comme en gastronomie, la règle est de respecter le produit

Aigle

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :